Éternel débutant

Peu importe la discipline qu’on pratique, nous sommes des éternels débutants face au prochain niveau de compétence à franchir.
Quelque fois, il faut abandonner ce que nous avons durement gagné pour passer à un niveau supérieur.
Au début de chaque nouvel apprentissage significatif, c’est presque inévitable de se sentir maladroit, voir ridicule (à nos propre yeux).
Le débutant qui reste sur sa dignité, son orgueil, devient rigide, aucun savoir ne peu le pénétrer.
Après tout, apprendre une nouvelle compétence, implique presque toujours  certaines maladresses qui pourraient toucher notre amour-propre. Quand on commence à apprendre, par exemple un instrument de musique, mettons le piano, même la personne la plus doué ne va pas sonner comme du Mozart au début de sa pratique. Combien de jeunes veulent s’embarquer dans un sport pendant une année olympique, quand ils voient à la télé des champions avec leur médaille au cou, l’hymne nationale et tout le tra-la-la, ça fait rêver, ça nous tire des larmes des fois, c’est inspirant c’est sûre, mais dans la réalité, même si les inscriptions augmente dans les clubs sportifs la première année, je suis persuader qu’il y a presque autant d’abandon l’année d’après.
Si tu n’est pas prêt à accepter de ne pas avoir l’air de ton idole en partant, oublie ça. Il faut être prêt à manger des coup, et la gratification n’est pas instantané, ce n’est pas demain la veille que tu vas monter sur le podium, ou jouer avec l’orchestre symphonique. Il faudra répéter sans fins les mouvements de bases, les gammes, et recommencer.
Qui pourrait s’embarquer dans une telle aventure en toute connaissance de cause, à savoir tout ce que ça implique de sacrifices pour en arriver là? Un fou peut-être?
Pour certaines personnes, cette allusion justifie le fait de résister à commencer quoi que ce soit.
L’essence de l’ennui serait dans la recherche obsessionnel de la nouveauté. La satisfaction reposerait sur la répétition consciente, la découverte d’une richesse sans fin dans des variations subtiles d’un thème familier.
Quand j’ai commencé à nager il y a deux ans (à 44 ans), il m’a fallu passer par dessus mon orgueil, mon amour-propre, et mon ego en a mangé un coup. Se retrouver débutant à cet âge, a été toute une leçon pour moi. J’ai senti qu’il y avait des possibilités infini de développement à tout les niveaux de ma personne, et petit à petit, j’ai commencé à aimé ce «statut» de débutant. L’impact s’est fait ressentir dans toutes les sphères de mon existence.
Bien sûre je ne suis pas à un niveau d’élite, je ne serai jamais à ce niveau, mais ça doit aucunement nous empêcher d’entreprendre quoi que ce soit. Celui qui se lève et fait quelque chose est un champion à mes yeux. Et comme le disait Einstein:

La vie c’est comme faire du vélo, pour garder ton équilibre, tu dois rester en mouvement.

Pour les gens plus âgé (comme moi) voici quelques «vieux singes» notoires qui ont appris des nouvelles choses à un âge vénérable.

J’ai trouvé ça dans le blog 6th floor du NY Times

Marie Curie, a apprit à nager à l’âge de 50 ans, sans avoir ouvertement proposé une course à personne, elle s’est entraînée pour briser le record de vitesse et de distance tenu par un enseignant d’université.

Miles Davis, dans la vingtaine avancée, alors qu’il combattait sa dépendance à l’héroïne, était inspiré par le champion du monde de boxe Sugar Ray Robinson, il s’est dit que si Sugar pouvait être discipliné comme il était, alors il pouvait l’être aussi. En 1952, il s’est présenté au NY City’s Gleason’s Gym, et demande à l’entraîneur Bobby McQuillen de le prendre comme étudiant, McMullen l’a retourné, il est revenu 2 ans plus tard, «clean», assez pour commencer l’entraînement. Il écrit: Tu dois avoir du style dans tout ce que tu fais – l’écriture, la musique, la peinture, la mode, la boxe…

Léon Tolstoï, a commencé à apprendre à faire du vélo à l’âge de 67 ans, un mois après la mort de son fils de 7 ans Vanichka. Par la suite, il faisait des balades à tous les jours après ses tâches matinales.

Ces gens là sont des éternels apprenti.

Ce n’est pas tout de commencer une nouvelle activité, il faut aussi s’inscrire dans la durée.

Ça vaut la peine.

Bon vent! et à la semaine prochaine!

Patrice

Une réflexion sur “Éternel débutant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s