Amor fati, poursuit sans relâche

Qui se connaît, ne prend plus l’étranger fait pour le sien ; s’aime et se cultive avant toute autre chose ; refuse les occupations superflues et, les pensées et propositions inutiles. Montaigne.

Le caractère, c’est pas un héritage. On le construit au quotidien, de la façon dont on pense, de la façon dont on agit, on le construit pensée par pensée, action par action. C’est ce que je pense, c’est là-dessus que je travail. ‘Y a d’l’ouvrage.

Des regrets? Parait qu’on regrette les choses que l’on a pas fait. J’ai entendu ça. Les regrets tue le bonheur.

L’inaction, les opportunités que l’on a pas saisis c’est ça qu’on regrette.

C’est sûr, c’est pas agréable comme sensation, alors le cerveau rationalise…il va trouver toutes sortes de belles entourloupettes, pour que ce soit supportable, il va même ennoblir le portrait, – j’aurais du quitter cette job un peu plus tôt, mais j’ai quand même appris beaucoup de chose…

Ça peut être mieux, ça peux être pire, mais on se dit que ça peut être pire, c’est mieux, ça nous aide à gober la pilule.

Comment éliminer les regrets de ma vie?

Écoute les aînés, ils te diront de saisir les opportunités, « dites oui aux opportunités!! ».

Passes moins de temps à t’inquiéter, plus de temps à penser à ce que tu veux faire avec ta vie, à faire ce que tu veux faire, et comme dirait ma mère, tant qu’à faire t’as juste à le faire, c’est tout, et ça, c’était avant le commercial de Nike « just do it ».

« oh! it’s gonna be a good life- a good-good-life », oui, la bonne vie. Ça se construit. Une vie qui a du sens, le monde ne me doit rien c’est tout entendu. Y’a pas personne qui va venir frapper à ma porte: Bonjour, voici un panier de bonne vie, c’est gratuit, merci bonsoir!

Mais oui mon p’tit gars, c’est comme ça!

Je dois toujours me rappeler, que peu importe si la victoire, la tâche, me parrait impossible sur le moment, si je prends la prochaine étape, et puis la prochaine et ainsi de suite, il y aura toujours quelque chose qui va arriver au tournant. Mon mantra: N’abandonne jamais. Poursuit sans relâche.

Travailler fort et dure, bien sûr, mais c’est de vivre ma vie au delà de la limite, les limites que je me suis imposé avec le temps, que la société m’a imposé, une limite imaginaire, illusoire « je suis trop vieux, je ne peux pas faire ça, c’est trop dur, on peut pas faire ça comme ça, ça s’est jamais fait…. »

Un but, un objectif c’est bien, mais ça peut être une sorte de limite aussi. « tu penses que je peux faire ça? Bien sûr que tu peux… »cette réponse d’une autorité quelconque nous rassure, nous donne le coup d’envoi que nous avons besoin pour passer à l’étape supérieur, mais bien sûr que tu peux! Just do it!

Il y a l’urgence d’améliorer mes propres imperfections, ‘y a toujours d’l’ouvrage de ce côté là aussi, c’est là que j’vas! ‘Y a de l’espoir, si ‘y en avait pas, on ferait juste s’asseoir, boire et attendre la mort. On doit se battre non? Quelque chose en dedans de nous qui veut ça. Des fois on sait plus trop pourquoi, mais on le fait, c’est comme un devoir sacré, par respect pour ceux qui sont passé avant nous, oui, nos parents qui ont fait des sacrifices pour nous, c’est pas un cliché, c’est la vérité en ce qui me concerne.

Quand tu fais une bonne job, tu donnes un peu de noblesse à tes parents, tes grands-parents etc…

Porter attention. Vivre dans la présence, en sachant que nous sommes de toute façon dans l’impermanence. Quand je suis dans le faire, je ressens une promesse de solution, le contraire du désespoir, la réponse pourrait se trouver au tournant. Alors je marche, j’avance et je prends des notes. Je suis toujours en progrès, dans l’indéfini, dans l’essai.

Le truc, s’il en est, serait de maintenir un amusement naïf à chaque instant d’une expérience.

Notes pour la suite des choses: Les anciens Grecs: Ataraxia, veut dire équilibre: l’art de maintenir une humeur égale autant dans les moment exaltant que désespérant. Pour atteindre ça, il faut contrôler ses émotions, ce qui fait que tu n’es pas tirer d’un bord pis de l’autre par elles.

Sénèque: vivre dans la conscience et dans la lucidité clair du monde tel qu’il est, tu ne pourras jamais t’ennuyer.

Amor fati: l’acceptation de quoi qu’il arrive.

J’embrasse mes imperfections, c’est ma matière, c’est ma réalité concrète.

Just do it!

Bien sûr que tu peux!

À bientôt!

Patrice

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s