Marée montante

J’éteins ce texte

comme une lampe

qui a trop brûlé les yeux.

Le livre n’est plus visible

sur la table, les pages

fument où quelque bonheur

passait le corps

de livrer ses sources,

ami toujours vert.

Je me lève à froid

dans un souci devenu

mien, dans un néant

qui me déborde

et j’entends la mer

dans Montréal.

 

Pierre Nepveu Mahler et autre matières

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s