Autoportraits

il fallait bien parfois

que le soleil monte un peu de rougeur aux vitres

pour que nous nous sentions moins seuls

il y venait alors quelque souvenir factice de la beauté des choses

et puis tout s’installait dans la blancheur crue du réel

qui nous astreignait à baisser les paupières

pourtant nous étions aux aguets sous notre éblouissement

espérant une nuit humble et légère et sans limite

où nous nous enfoncerions dans le rêve éveillé de nos corps

 

Marie Uguay Autoportraits

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s