L’encontre (extraits)

Je réponds

qu’il y a le jour: la vie

se pend

A ce qui reste à vivre: ailleurs

Où elle creuse sa nuit
l’oiseau survole une tombe

Toujours : l’aile lourde

du poids que fait le vide
sous chaque battement —

Vent du vide — vague d’îles

Pour qu’une mer : à sa propre

surface,

Surnage : dans le naufrage évité

(et l’on met : toute une nuit

Dans le langage, afin qu’éclate

ici:

Le jour du monde — car toute chose

ne s’éclaire :

Que sur cette page que l’on noircit

— la tempête sur la mer)

[…]

 

Pierre Ouellet  L’Omis

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s