La pratique du bleu

Quoi que tu écrives, même si cela est désert et silencieux, tu aimerais que toute chose coule comme si tu déroulais une pièce d’étoffe claire au-dessus de l’eau. Un lin d’Irlande. Souvent, ta voix rejoint les grands cercles allumés et les fumés transparentes à peine inclinées, à peine dessinées. Un trait nu quittant le centre, l’herbe suivant le vent. Tu t’en remets toujours à ce qui s’échappe et rompt avec l’espace. La matière du dehors passe alors au dedans.

 

Louise Warren La pratique du bleu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s