les nouveaux poètes d’Amérique (extraits)

[…]

voici le jour venir

voici la nuit qui passe

laisse à tes morts la chance

de prouver que tu existes

laisse aux ombres le sommet

que tu partages avec l’espace

 

je ne crains pas de t’inventer

une autre Amérique

avec des yeux d’aube

qui regardent la terre tourner

pain d’encre dans l’espace

 

mon cœur s’est purifié

aux yeux de toutes soifs

je t’offre une tendresse

et l’ambre du mystique

pour ton corps nettoyé du sel

sur tes blessures

 

l’eau veille aux vies dans l’œil

impalpable mystère

en moi meurt le mortel

nous sommes d’ici tous

vierges poussières d’étoiles

sur un miroir fondant

 

 

Robert FORTIN les nouveaux poètes d’Amérique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s