Je t’écrirai encore demain (extrait)

Qu’as-tu connu connu au juste de l’amour? Au bord de la fin, quel bilan faisons-nous de ce qui nous a semblé alors la suprême brûlure, puis en vint une autre, et le désespoir et peut-être ainsi de suite… Ou encore nous avons choisi de durer. Qu’en est-il de ces accompagnements tenaces au fil des jours, qu’elle est la valeur de tous des ans chargé d’affections fortes, défaillantes, de désarrois haineux, de colères tenaces, de bonheurs à leur tour, d’éclats ardents, encore neufs malgré tout, d’accommodements raisonnables pour la suite de l’entreprise… Et la soif? Tu l’as connue, je crois, immensément. Un jour tu lui a donné la forme de mon être. Un jour, plutôt, ta soif a pris la forme de mon image en toi, et bien sûr cela m’était embellissant, mais cela me laissait sur ma soif. Je ne sais pas. Crois-tu que nous n’aimons que des images?

 

Geneviève Amyot Je t’écrirai encore demain

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s