Portulan

la terre me parut partout ailleurs

alors j’ai profondément désiré ce voyage

 

j’arrive de plus loin qu’on ne pense

et ça n’est pas pour en rester là

 

déserter le bout du monde de ma naissance

et les horizons qui doivent arriver,

 

ne rien savoir de mes pas effeuillés

puis revenir au premier village

par l’autre bout du monde

sans reconnaître le clocher

en arriver un jour à croire

que la terre n’est pas ronde,

après l’avoir contournée…

 

Pierre Perrault Portulan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s