À ce qui reste en nous d’humain

 

[…]

seuls les voyages

qui commencent par des hasards

au-dedans de nous

débouchent sur des mystères

au détour de l’infime et de l’immense

 

nous sommes l’étoile filante

d’un autre espace de ce monde

un flambeau d’incertitude

un bel accident dans l’éveil

de quelques mots répétés

pour calmer la blessure

 

Robert Fortin,  extrait de Les nouveaux poètes d’Amérique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s