Aura d’une ville

Ma ville est une grande carte géographique où j’aime à pointer du doigt l’enfance, le désir et la littérature comme des repères intimes.

Car une ville est un lieu qui allège et abrite l’intensité. Une ville toujours quelque part ranime en nous le désir et autant de saisons, les pluies, le singulier, le foisonnement des pensées, la mort recommencée et mille distances à parcourir qui nous font souvenir de la sueur et du froid. Volutes, dômes, hanches, épaules, tresse colorée du désir, oui une ville nous surprend en pleine sensation de vivre malgré les drôles de clichés qui retombent sur nos épaules si, par exemple, on longe la rue Saint-Denis ou si on descend un samedi soir dans le Vieux-Montréal et que, au bord du fleuve, la nuit est encore capable d’étoiles.
Ma ville est multiple. Je ne sais pas mettre de clôtures entre les quartiers, les parkings étalés du centre-ville. La tentation des terrasses est permanente. Je ne sais pas choisir entre les parcs, les cinémas, les façades anciennes, la saleté et les restos chic. Je sais seulement marcher entre les saisons, la tête haute, le regard neuf comme si Montréal était une aventure toujours à recommencer. Je sais seulement me contredire comme on le fait souvent en parlant d’un grand amour ou de son enfance sans trop savoir si ce qui nous habite est le fruit de notre imagination ou la sensation mille fois vécue de la réalité. Il m’arrive parfois de laisser parler la sensation. La sensation est diffuse.
Il y a trop de destins qui se forment de l’aube à la nuit, quotidiens, aussi bruyants que la vie elle-même. Montréal est en moi multiple. Je ne peux arrêter le temps et figer toute mon île dans une seule rue, dans un quartier. Je sais très bien que j’exagérerais, que j’imaginerais des soies transparentes, des scénarios osés, des drames répétés derrière les rideaux et les stores vénitiens à la tombée du jour. Ma ville est une grande carte géographique où j’aime à pointer du doigt l’enfance, le désir et la littérature comme des repères intimes.

Nicole BROSSARD, Montréal des écrivains

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s