Le fil de ce jour #28

#InternationalTheaterDay / #worldtheatreday

 

All the world’s a stage,

And all the men and women merely players;

As You Like It, Act II, Scene VII [All the world’s a stage]

William Shakespeare, 1564 – 1616

 

Pour la journée mondiale du théâtre je vous présente en primeur un extrait de la pièce que je suis en train d’écrire.

 

Les existentialistes (titre provisoire) tragédie-comique de Patrice Savard

Entre Hamlet le nez dans son smartphone:  être ou ne pas être voilà la question…

Bill : C’est une maudite bonne question. Posons-nous cette question maintenant : comment tu te sens d’être toi? Comment on se sent d’être soi? On se sent bien d’être soi non? On se sent bien, parce qu’il n’y a qu’une chose qui est toi – tu es le seul à être toi, oui?

Hamlet ? d’la marde oui

Bill ….. Alors c’est quoi être moi? Tu peux te le demander, « c’est quoi être moi? » Tu sais, la seule façon de savoir c’est comment être soi, est si tu fais de ton mieux à être toi le plus souvent que tu peux, en te rappelant continuellement : c’est ici ma maison.

Hamlet : (se regarde dans son smartphone) j’ai eu coutume d’être humain. En dedans, il y a cette chose…ce vide…à savoir que tout ça c’est pour rien et que tu es seul…je suis…oh solitude…oh nuit noire… que sont devenu mes matins pleins d’espoir? Vais-je mourir de monotonie?

Bill : problème de blanc…..

Hamlet : tient un like. Franchement, je m’en fous des likes. Mon ami, je ne suis pas ce que je semble être…

Bill : mon âme devrait toujours se tenir ouverte, prête à accueillir l’expérience extatique.

Hamlet : l’extatique expérience entre l’image que j’ai de moi-même et qui je suis vraiment est très douloureuse. Longtemps j’ai vécu dans la fantaisie, dans l’illusion d’un personnage fictif. Je voulais rassurer l’entourage. Un Tartuffe.

Être, c’est une question difficile. Être-moi, encore plus.

Bill : cut the crap Ham!

Jack K : inquiète-toi pas. C’est comme un rêve. Tout est extase, en-dedans. Nous ne sommes jamais vraiment nés, nous ne mourrons vraiment jamais. Ça n’a rien à voir avec l’idée imaginaire d’un moi personnel, les autres moi, plusieurs moi partout : moi est juste une idée, une idée de mortel. Ce qui passe en toute chose est un.

Bill & Hamlet : ????

Jack K : vous ne me reconnaissez-pas?

Hamlet : parfaitement, vous êtes un marchand de morue

Fédor: moi, je sens la douleur par exemple, si quelqu’un me pince, je sens la douleur. C’est pareil au niveau moral. Si quelque chose de misérable arrive, je vais me sentir pitoyable. Je me sens souvent pitoyable.

Hamlet : i feel your pain

(à suivre)

 

Je termine avec ces citations que j’aime bien

Le théâtre n’a pas de frontières. Je ne sais pas c’est de qui.

« Le théâtre est une construction de l’imagination en liberté » E. Ionesco

« L’espoir du monde repose sur la réhabilitation de l’être humain. » Vaclav Havel

« Chaque rideau qui se lève enfante une espérance. » Jorge Lavelli

 

P.S

 

Le fil de ce jour #8 (collage)

sidewalkflowers6

Illustration by Sydney Smith from Sidewalk Flowers by JonArno Lawson, a wordless ode to living with presence

We are here for what amounts to a few hours,
a day at most.
We feel around making sense of the terrain,
our own new limbs,
Bumping up against a herd of bodies
until one becomes home.
Moments sweep past. The grass bends
and then learns again to stand. “SOLSTICE” TRACY K. SMITH

 «Il commence ! Il commence !»

La nuit est longue, et le chevalier est encore réveillé.

JUST IN – « I’m in it for the long haul »

Is it bad to stay inside for an entire day?

No time for a break

I’ve hit a fountain of youth.  INCREDULOUS!

If nothing is done, a substantial part of the French soul will perish

We eventually pulled it off by telling a good story that made sense

We’ve had a few « last-minute emergencies » but this is just insane! I need a lie down after reading that!

WTF IS WRONG WITH YOU? #CensorshipMachine

value increase?

 

Wire of emotion

Like a wire of emotion

the ridiculous dead end

it’ll find a way, no matter what

like a rocket engine

we are the Pitfalls

The lightning mapper

Mesmerizing illumination

Do it this way, do it everyday

Do good, do love

Mostly to love

 

@Patrice Savard

In praise of “useless” knowledge

Le fil de ce jour #2

lonely-planet

Exploring the Sahara Desert’s Erg Chebbi Dunes by

Le débat ne porte pas sur une chose quelconque, mais sur le fait de savoir si nous sommes fous ou non. Inconnu

Today’s top stories:

It’s #ZeroDiscrimination Day – stand united in support of anyone who faces discrimination

Read a lot, let go of control, embrace imperfection… Montaigne, born on this day in 1533

Read between the line

Libraries worldwide are hosting « stuffed animal sleepovers » as a new program encouraging kids to read

If your head is spinning now, you’re not alone

War in Syria forced a family to separate. Now they use apps to be there for one another

As South Sudan refugee flood continues, so do tales of abuse.

Canadien 1 – Blue Jackets 0

Le Canadien de Montréal est incapable de gagner à l’intérieur de trois périodes de jeu depuis le début du mois de février

Fact check!

Attention à l’emballement, et à ne diffuser et relayer que des infos vérifiées !

Why Emma Watson will answer your fan questions, but refuse a selfie

My question: do I really want to take a selfie with Emma Watson?

And: How to manage somebody you just don’t like? (Rien à voir avec Emma Watson)

Le Canadien obtient les services de Steve Ott

Carlos Leitão ne se berce pas d’illusions

Carlos Leitão perd espoir

« Happiness is the meaning and the purpose of #life, the whole aim and end of human #existence. » ~ Aristotle

Ça n’a rien à voir avec #Fillon

Scheduling Sex With Your Partner Sounds Weird, but It Works

a « level playing field”

Things get freaky real

L’inconstance des constantes universelles

Fillon a parlé à Juppé et fera une déclaration à midi

He didn’t want to drink alone

Does having a foul mouth mean you’re more trustworthy?

Queen Victoria Employed an Official Rat-Catcher

“We may justify it under national defense.”

We’re optimists. No matter how hard the problem, we think we’re going to solve it

You are you, I am I

« T’es un bonhomme »

I’m confuse

The numbers:

6 things that happened when I quit caffeine

4 words and phrases to avoid when you’re trying to sound confident

3 Supreme Court Justices skipped President Trump’s address to Congress

#Irak | 26.000 civils ont fui #Mossoul ces dix derniers jours

9 tips to take care of yourself in challenging times

1,500 people, 2 elevators and 500 tons of luggage — here’s how the Saudi king travels

8 Brutal Truths About Life That We All Need to Accept:

3 carb-loading meals that have nothing to do with pasta

5 Ways to Make Pasta Taste As Good As It Does in a Restaurant

22 Two-Letter Words To Boost Your Scrabble Score

$60 million: Penguin Random House  book deal with Obamas

7 Amazing Things That Happen When You Quit Sugar

After Losing 70lbs Susan Boyle is Unbelievably Gorgeous

13 great stories that have nothing to do with politics

7 Stages to Level Up Your Life Into Financial Freedom

25 Powerful Quotes From Zen Buddhism That Will Open Your Mind Wide Open

2017-03-01

Ref: @Patrice_Savard

 

 

 

 

 

 

 

Le fil de ce jour

Morning Briefing: Here’s what you need to know to start your day before you freak yourself Out:

Do you think the world revolves around you?

How to survive on less sleep

How Are You Most Likely To Die

Why everything hurts in the morning, according to science

Self-healing is…putting one pedal in front of the other

Feeling one with creation

Stay high and dry

What the type of steak you eat says about who are you as a person

This volcanic eruption is stunning

“American Bitch” on “Girls” is cunning and timely, and contains a perfect little shock:

How to Make Sweet Potato Toast

How I Found My Mantra

Beloved hippo Gustavito fatally beaten in El Salvador zoo

Trump looks for reset with speech to Congress

Trump says he deserves a ‘C+’ in messaging

Disregard for human rights is a disease that is spreading– north, south, east and west

No guts, no glory

Today’s top stories: Donald Trump’s address to Congress, SpaceX’s moon trip and Mardi Gras’ anniversary

Why You Can’t Get Out of Hard Work

Donald Trump gave himself an ‘A+’ for effort for his first month as President

The highs and lows of President Trump

« I hit send and almost immediately regretted it. »

Google’s new Doodle celebrates Abdul Sattar Edhi, Pakistan’s revered philanthropist

The Internet is having fun with Kellyanne Conway sitting all casual in the Oval Office

When the scales fall from your eyes, you will understand. You will all understand.

For once in your life, THINK.

Stop your whining » and hold Trump accountable

Non, « Quentin le pompier » n’a pas eu un oeil crevé par la « racaille »

President Trump says it’s ‘the enemies’ who want him to stop using Twitter

À moins d’un miracle, il faudra dire adieu au caribou des bois à Val-d’Or.

Just lovely….

Réflexions sur le match Canadien-Devils: Pacioretty superstar!

It is on all of us to stand

It’s embarrassing how much I suck at playing ‘Snake’ on the new Nokia 3310

Killer, Kleptocrat, Genius, Spy: the Many Myths of Vladimir Putin

[Les mots de la campagne] Que signifie «Gauche radicalisée» ?

Stop Worrying What Other People Think of You

Outrage at what’s happening to America isn’t just justified, it’s essential.

President Trump: « Nobody knew health care could be so complicated »

Trump is a LIAR

The truth is hard

Trump Gives His Presidency an ‘A’ So Far

Trump blames Obama for town hall protests and security leaks

Why men are much worse at being sick than women

How Jonathan Swift ripped fake news apart

Who is Jonathan Swift?

Related to Taylor?

George W. Bush said « we all need answers »

It’s an unbelievably complex subject.

WHO KNEW?

 

Décembre (Extrait)

Photo: Marina Lapina

Photo: Marina Lapina

Si on ne peut pas totalement renoncer  à l’écriture, alors, sans jamais se soucier de la belle phrase et de la prosodie, en tout premier lieu il faut chercher à saisir et à exprimer la vérité. Dogen.

Les compromis,  c’est insidieux,  ça commence de façon imperceptible, comme une tache invisible. Ça fini que tu passes à côté, en dessus, en dessous de toi-même. Tu fini par perdre la flamme, la croyance, le fuel, l’énergie, à quoi bon entreprendre quoi que ce soit? Who cares anyway? Ne serait-ce que toi, c’est déjà ça. Rêver, ne pas dormir. Entreprendre quoi? Entretenir en tout cas. Une petite parcelle de toi. Qui demande à être au monde, à adhérer à l’instant, au temps.

Je voudrais être comme l’eau. Limpide, fluide, souple, persévérant, patient, qui fait son chemin sans relâche, sans rouspéter. N’est-ce pas l’élément de la nature le plus fort?

Chercher à saisir et exprimer la vérité.

J’entends toute sortes de nouvelles, mauvaises en générale, c’est à ce moment-là que je me rappel à la gratitude, le simple fait d’être là, d’exister, de pouvoir apporter mon grain au moulin. Un ami vient de perdre son fils dans un accident. Je suis reconnaissant que mes enfants soit bien vivant.  J’entends quelqu’un qui se plaint que ça journée n’est pas encore fini. Ça devient presque choquant à entendre. Je me mets à la place d’une personne qui n’en a plus pour longtemps à vivre par exemple. J’ai pas envie de courir, je vois quelqu’un en chaise roulante qui essaie de se figurer comment monter une chaîne de trottoir. Je suis reconnaissant de ce matin tranquille où je peux écrire sans être dérangé, où j’ai le luxe de pouvoir me poser des questions sur l’état de mes affaires en générale.

La condition sine qua none est notre présence au monde, notre adhésion à l’instant présent. Dogen

Pour le moment, il y a deux choses à laquelle je dois m’appliquer :

1 : Être moi-même en permanence. C’est facile d’être « cocky » d’être dans ce que les autres veulent que tu sois, mais c’est difficile d’être juste soi-même, surtout dans le monde dans lequel je vis, où il n’y a pas (en apparence) de menace de mort, de bombes qui nous tombe dessus, de situations d’urgence.

2 : Être dans l’instant, être présent dans le monde le plus souvent, le plus longtemps possible, ça c’est peut-être encore plus difficile.

C’est tout et c’est bien assez.

Bonne semaine.

Patrice

Au fil du temps qui file

dance me to the end of love. Leonard Cohen

On entend le son des vagues, l’incessant reflux des vagues, des rires d’enfants. Un couple sur leur chaise de plage avec au milieu un panier rempli de victuailles, discute de tout et de rien, de la jeunesse, de la vieillesse, du temps qui passe, s’échangent des souvenirs de leur enfance,  devant cette grande étendue, ils ratissent large, le livre est ouvert. Les vagues, propice aux confidences. Un groupe de jeune font leur apparition, chorégraphie de selfies, parmi eux, un jeune homme fait des acrobaties. Trois jeune filles passent chantent en harmonie, « love-love-love ». L’école est finie. Un couple s’embrasse, c’est le début de l’été, de tous les possibles. Plus tard, la jeune fille écrira sur le sable ses initiales avec celui de son petit ami, plutôt celui qu’elle espère être son petit ami, sorte de rituel, danse incantatoire,  elle prendra des photos (bien sûre) puis repartira comme elle sera venu, illusion furtive. Il regarde les enfants qui jouent avec une légère nostalgie, comme tout va vite pense-t-il. Les vagues, mouvement perpétuel, se mélangent aux souvenirs. Le soleil se couche sans se précipiter, les ombres s’allongeant à vue d’œil, regardant la mer en silence avec une douce  allégresse, présence tranquille, témoins du temps qui passe. Nous sommes merveilleusement mortel, dit-il en remplissant son verre. Un vieux couple passe, toute une vie devant nos yeux. C’est la journée la plus longue. La mer, un baume à mes petites douleurs d’homme, aux turbulences de ma conscience. Ils se lèvent ramassent leurs affaires puis s’en vont tout doucement, ils se tiennent par la main, nous sommes bien ensemble dit-elle, puis disparaissent.

On entend le son des vagues…. et si c’était la dernière fois?

Il fallait bien que je donne des nouvelles.

À bientôt

Patrice

 

 

 

Comme un lundi

Longtemps il est resté assis devant la fenêtre qui donnait sur le grand peuplier, témoin silencieux et impassible du temps.

 Thank god it’s fryday!

Beaucoup de gratitude en ce 5ième et dernier jour de la semaine ouvrable, pour utiliser un langage de comptable. Vendredi, jour joyeux parmi les jours de la sacro-sainte semaine de travail, c’est dans notre ADN. Déjà sur les bancs de la petite école, on tenait plus en place le vendredi, dans l’air se dessinait une promesse d’aventure et de liberté. C’est fou quand on y pense, à quel point les jours de la semaine conditionne notre humeur; comment ça va? Demande-t-on à nos chers collègues au retour du week end, les yeux dans la graisse de bean: comme un lundi! ça va moche, il va sans dire. Les autres jours, c’est plus ambigu, se sentir comme un mardi ou un mercredi, c’est moins évident, on se trouve dans un no man’s land, le milieu de la semaine, on n’est pas encore sortie du bois.

What’s up?

-Comme un mercredi!

-???

Le jeudi ça commence à se préciser, la bête se réveille doucement, y a le vendredi qui apparaît dans la mire.

Oui le vendredi, c’est autre chose. En théorie, plus la semaine a été pénible, plus le vendredi est jubilatif, plus le thank god it’s Friday est bien senti, ça vient des tripes, c’est exponentiel. Y a quelque chose avec la récompense, la carotte au bout du bâton, la lumière au bout du tunnel, c’est le week end, on va se payer la traite, on le mérite bien non? Puis, vient un temps où le mérite, on s’en fout, c’est comme la cloche du chien de Pavlov, c’est vendredi on salive point, plus besoin de mérite. C’est marqué au fer rouge,  gearésolide dans les méandres de notre cerveau.

Ça m’amène à penser à une étude qui a été réalisé par le centre de recherche du centre hospitalier de l’université de Montréal1 sur le fameux high du coureur. Ça disait en gros, que c’est la dopamine qui cause cette euphorie, qu’elle est associé au plaisir et à la récompense, au même niveau que quand on mange quelque chose de bon, qu’on fait l’amour ou consomme de la drogue.

Ça serait, selon les dits chercheurs, la leptine, une hormone sécrétée par les tissus adipeux, autrement dit le gras, qui agirait sur la production de dopamine.

Cette hormone aide à contrôler la sensation de faim ou de satiété et influence aussi l’activité physique. Donc les signaux hormonaux qui modulent l’alimentation et l’exercice seraient en fait étroitement liés.

« Plus il y a de gras, plus il y a de leptine et moins l’envie de manger se fait sentir. Nous démontrons maintenant que cette hormone joue aussi un rôle crucial dans la motivation à courir, ce qui est d’ailleurs possiblement lié à la recherche de nourriture », explique l’auteure principale Stephanie Fulton, également professeure au Département de nutrition de l’Université de Montréal.

La leptine peut inhiber l’activité physique à travers les neurones de la dopamine dans le cerveau. En l’absence de leptine, la dopamine est produite plus librement et augmente l’euphorie du coureur.

« La (plus grande partie) de notre évolution biologique est basée sur la famine, et l’activité physique était importante pour aller chercher les aliments. Et donc la leptine, (et c’est ce que nous déduisons) avec ces études, ça peut inhiber ces activités-là qui sont importantes pour avoir accès à la nourriture », explique Mme Fulton.

Notre cerveau se serait donc programmer au fil du temps, de sorte qu’à chaque fois (ou presque) que nous courons, nous nous sentons euphorique.

Et moi qu’est-ce qui me fait courir? Évidemment je ne vais pas chercher ma nourriture en courant! En fait je cours pour me forger le caractère, me faire (un peu) la vie dure, je cours pour me sortir de mon petit confort de bourgeois, c’est ma méditation, ma médication, mon défoulement, mon expression physique.

J’écris pour plus ou moins les même raisons on dirait. Ça me donne une sorte de réconfort d’avoir fais quelque chose, c’est mon succès personnel. Pour ne pas me sentir coupable de ne rien faire plus tard, un vendredi soir par exemple. Une sorte de combat contre l’inertie intellectuelle, le principe de “pose” et “repose” en yoga. Le “repose” a pour but de réfléchir sur la “pose” qu’on vient de faire, et d’en tirer les bénéfices.

Dans le fond le succès, les raisons, ça n’a pas vraiment d’importance.

Dans tout ça, ce qui compte vraiment c’est que je me suis amélioré.

who cares? i do, ça me suffit.

Et maintenant, je vais sortir ma carcasse de bourgeois dans le froid (relatif) de décembre, et sauter dans les flaques d’eau.

C’est jubilatoire, comme un vendredi.

Le vin sera meilleur ce soir.

And I’m feeling goooooood!

 Sur la route, une publicité du club Med: ici vous aimerez les lundis.

  1. étude du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM), publiée dans la revue Cell Metabolism
  2. de gear, engranage, embrayage.

 

Carpe Diem

Patrice

 

Le chant de la nature éphémère

lève-toi quand ton fil se mélange à la carte du ciel.

Philippe Petit, Le traité du funambule

Pratique juste, attitude juste, compréhension juste.

Après les cris, après les pleurs, plus rien. Silence, le silence plein les oreilles. Aucune fuite possible. Je suis toujours vivant, c’est déjà ça. Ensuite, se relever. Déjà vu. Faut aimer répéter faut croire. Je respire, mon cœur, mon petit cœur, ce qu’il faut endurer. Je suis vivant, rien d’extraordinaire, c’est pas ma faute, je n’y suis pour rien, vraiment. Je m’y étais habitué, comme on s’habitue à tout, même d’être vivant. J’avais perdu de vue la fragilité, la fugacité, ce chant de la nature éphémère. Ma vie, tenir le pas gagné. Silence, on ne tourne plus. C’est la vraie vie. De toute façon, personne ne vas en sortir vivant. Les riches, les pauvres, les bons, les mécréants, les pure laine les bâtards, c’est pas négociable. La vraie vie sans tambour ni trompette, pas de médaille, pas de mentions d’honneur, rien. Anonyme. Cette course de chien savant, le temps l’emportera. Je mettrai ma fierté de côté, mes petites glorioles d’artiste emporté.

Se consumer, sans laisser de traces.

Voilà l’action, créer à l’intérieur de toi-même ce sentiment de beauté, de libération, d’infini, c’est tout, le reste sera des produits dérivés, de la valeur ajoutée.

C’est pas la blessure que la lumière pénètre.

Rumi

Je n’aurais jamais cru être aussi heureux de marcher à nouveau.

Rien d’extraordinaire à ça?

Quand même.

Je dois continuer à marcher alors.

Franchir ma ligne d’arrivée.

Ma volonté intact, me mène là où je dois aller, et chaque pierre sur la route, est précieuse pour moi.

Si votre pratique est bonne, peut-être en serai vous fier. Ce que vous faites est bon, mais quelque chose y est rajouté. La fierté est de trop. L’effort juste consiste à se défaire de ce qui est de trop.

Shunryu Suzuki, Esprit zen esprit neuf

Pour ne pas tomber, c’est pour ça, pour ne pas rechuter, pour vivre comme un homme debout.

Le “bon” vieux temps est volatile, et cette fleur qui sourit aujourd’hui sera en train de mourir demain.

Carpe Diem

Patrice

Cape Cod 3ième partie ou toute bonne chose ne devrait pas avoir de fin

Le bloggeur et la mer

Le bloggeur et la mer

Le temps est gris, c’est moins pire de partir quand c’est nuageux. Une semaine à Cape Cod, ça fait la job, ça enlève les rides du cerveau. Avant de s’en aller, on prend une dernière marche sur la grève, c’est comme si on faisait le plein d’essence marin dans les poumons. On part plus tôt que d’habitude, on doit passer par le centre d’achat, Grisenoula a besoin d’un sac à main. Cape Cod Mail, on va chez Macy’s, ils ont toujours des ventes (rabais).

Un centre d’achat après la mer c’est assez pénible, déjà que sans. Je reste calme, pour combien de temps? Ça devrait aller. Grisenoula a enfin trouvée, un sac brun, réversible en noir, c’est parfait je lui dis, une sorte de 2 pour 1. On s’en va du côté des hommes histoire de voir si on ne va pas trouver un bon deal de ce côté là. On trouve des pantalons, c’est Grisenoula qui a trouvée plutôt, c’est pas pour me vanter mais elle a l’oeil,  bing bang salle d’essayage, 1 sur 3, c’est bon, on va faire avec ça, et hop on y va! Non? Grisenoula a envie de patates frite. Ah ben oui, des frites, pourquoi pas, un petit réconfort, des frites. Direction food court dans le fin fond du fond du centre d’achat, un Indien un Chinois un Subways, pas de frites? Pas de frites!!! C’est pas croyable de pas trouver de frites dans un centre d’achat aux U.S.A!!! How zen you can be? Bon ben, c’est comme ça. Allons voir à l’autre bout, on est jamais allé de ce côté là.

Eh ben oui, à l’autre bout, assis sur un banc, comme un mirage, une hallucination, une apparition divine, 2 jeunes filles mangeant des frites! On leur demande, where you get that? Just there disent-elles pointant l’index à leur droite. The best in town!  All right all right all right, comme dirait Matthew McConaughey. FIVE GUYS, hand-cut fries served fresh & made daily in 100% peanut oil. À l’entrée, des poches de patates de l’Idao empilées tout le long du corridor, serait-ce le paradis des mangeux de patates? On commande un veggie sandwich avec des frites (quand même), la caissière sympathique et souriante nous fait répéter, à cause de notre accent? Ou parce que c’est pas souvent qu’elle se fait demander des veggies sandwich? Peu importe, champignons, poivrons, oignons, avec du fromage jaune genre cheese weeze entre 2 buns blanc. Les 2 filles qui préparent notre sandwich nous font un spectacle, elles sont bien vivante, et bien drôle, Grisenoula me demande pourquoi il y a tant de crimes racistes au USA (parce qu’elles sont noir), moi, je n’ai pas de réponse à ça, je me demande toujours pourquoi on ne peut pas vivre en paix avec tout le monde. À chaque jours des nouvelles qui me découragent de l’humanité. J’ai probablement des restant de hippie nostalgique, le paradis perdue et tout le tra-la-la. Il y aura toujours la souffrance.

13h30, on prend la route, il fait soleil finalement, Grisenoula me regarde, on tergiverse, sans doute l’effet des vagues sur notre cerveau, on reste encore un peu? On part? Tic-tac-tic-tac… partir de Cape Cod, c’est jamais facile, qui a decidé que les bonnes choses devait avoir une fin? On rentre à Montréal, 9h que ça nous aura prit, prêt de 2 h pour entrer et sortir de Boston. Rester cool. Rien d’autre à faire. Arrêt obligé au NH Liquor Store, et un autre un peu plus loin au Veteran Memorial pour manger un peu, et faire le plein de café. Pour le reste de la route, le rythme est bon, à la frontière canadienne, à peine 5 minutes d’attente, on déclare nos bouteilles, et nos achats, Bon retour nous dit l’agent sympatique (il faut bien le dire quand ça arrive) et on rentre au Canada, terre de mes aïeux. Il commence à faire noir. 22h30, on arrive à la maison.

Le retour…c’est une autre histoire.

Carpe Diem

Patrice

Le rebelle au bois dormant

Mon bel amour navigateur

mains ouvertes sur les songes

tu sais la carte de mon coeur

les jeux qui te prolongent

et la lumière chantée de ton âme

(Gaston Miron L’Homme rapaillé)

 

Je suis un homme, pas un ange, c’est pas pareil on s’entend. Un homme, c’est plein de contradictions. Un homme, ça fait plein de conneries. Ça parle fort des fois, ça dit des choses qui faut pas dire, qu’on peut pas dire, c’est tout croche des fois.

On a voulu faire du monde avec moi. (on va finir par faire du monde avec toi!) On m’a laissé allé, (trop d’ouvrage!), mais le sentiment de pas être “correct” lui, ‘y est jamais partie. Moi, à cause de ça, j’ me suis toujours sentis inadéquat, trop, pas assez, pas d’allure. Des fois, j’ai envie de crier mon humanité, j’en viens qu’à avoir des rêves violent, ça me surprend. Justement, la nuit dernière, je pense que c’était un de mes collègue de travail, je le frappais à coup de marteau. Soyez sans crainte, je n’ai pas de marteau au travail. (Freudiens et psy-psy de tout accabit s’abstenir de commentaires s.v.p)

Quand même, je ne viens pas d’un pays où l’on opprime les gens, mon pays, ce n’est pas une dictature on s’entend, mais non, mon pays c’est l’hiver.

Mais ‘y a toujours des gens “au dessus” qui vont essayer de te caser, oui te mettre dans une case, c’est comme des petits dictateurs tout pâlotte, juste assez pour te titiller le rebelle endormi. J’entends une voix: On a les dirigeants qu’on mérite. Oui c’est vrai, j’ai déjà entendu ça quelque part.

Mon dieu! Et si c’était vrai! Couillard, Harper, Péladeau, Trudeau (le fils, le père avait du caractère au moins, il a tout gardé pour lui, faut croire). Mais je m’arrête tout de suite, digression sans intérêt vraiment, qui va sûrement passer dans les ciseaux de l’éditeur d’ailleurs. On verra qui aura le dernier mot.

Revenons à nos moutons rebelles

Monter sans trop faire de bruit les escaliers grinçant.

Si tu fais bien ce qu’on te dit de faire, on te donnera une médaille… ou n’importe qu’elle autre récompense (la petite étoile dans ton cahier à la p’tite école)  histoire de te la fermer. Ça serait franchement plus facile d’être “normal” oui, dans la norme.

Ça serait plus facile, mais plus platte. Et la terre est ronde.

Quand même, je ne suis pas “une minorité visible”, je ne suis pas handicapé, je n’ai aucune “tare” (visible du moins), je suis en apparence, semblable à quelqu’un de normal.

  • Alors c’est quoi ton problème?

I drink too much, I eat too much, I want too much, I’m too much!

Attend! Ça dépend pour qui. C’est ça. Si tu te compares avec un léthargique sur la prozac. C’est sûre, la barre n’est pas trop haute. Mais oui, tout est une question de perception, de standard. Et puis, ‘y a toujours du monde qui vont te tirer vers le bas, c’est pas nouveau.

C’est juste que des fois, j’ai de la misère avec, comment dire, l’aceptisation, la pasterisation, la langue de bois, la petite misère, les ragotteurs, le monde qui tond leur gazon avec une tondeuse à gaz, pis qui l’arrose par dessus le marché, pour que ça soit ben beau ben propre!

 

Grisnoula à Cape Cod

Grisnoula à Cape Cod

 

Mais ‘y a Grisnoula. Grisnoula, c’est mon baume, c’est mon ostéopathe de l’âme.

Une chance qu’on s’a!

Des fois, on prend des marches, et on rêve de la vie qu’on voudrait.

Ça pourrait être ça! Travailler ensemble, voyager ensemble, construire notre maison sur un terrain à la campagne, elle voudrait avoir une fondation pour les enfants défavorisés pour leur donner un accès à l’art. Oui parce qu’on y croit à l’art. On croit que ça rend le monde meilleur.

Grisnoula, elle me tire vers le haut.

Moi, j’ai pas le vertige, j’ai pas peur des hauteurs. Grisnoula, par sa présence, elle fait que je veux devenir un meilleur homme. Avec elle, je peux être moi. Ça, ça fait du sens pour moi.

Vouloir devenir un meilleur moi. Comme un homme doit.

Grisnoula, c’est pour elle que je veux que ça marche.

Grisnoula, c’est mon espérance.

 

Selon l’Organisation Mondiale du Travail, 168 million d’enfants dans le monde sont forcés à travaillé, on leur enlève le droit d’être des enfants.

Moi, y personne qui m’enlève le droit d’être humain, même trop, même mal.

De quoi j’me plaint?

 

sur la jetée de la nuit

je saurai ma présente

d’un voeu à l’azur ton mystère

déchiré d’un espace rouge-gorge.

(Gaston Miron L’Homme rapaillé)