Petit coucou de Montréal

20170622_182019
Seagull Beach, West Yarmouth, Cape Cod

 

Bonjour les ami(e)s

J’espère que vous allez bien ? Que vous passé un bel été ? De mon côté je ne suis pas à plaindre, nous revenons comme vous le savez d’une petite vacance à Cape Cod, c’est une valeur sûre pour nous, surtout quand le temps (et le budget) est compté. Maintenant, il s’agit de conserver dans la mesure du possible, ce calme, cette attention tranquille qui m’habite, que nous avons engrangé pendant cette escapade.

J’ai déjà écrit sur Cape Cod, j’ai mis le lien plus haut pour ceux que ça intéresse. Voilà, je ne veux pas trop prendre de votre temps aujourd’hui mais je voulais simplement vous faire un petit coucou de Montréal, et vous dire que je voudrais revenir à la formule d’un post par semaine, sois le dimanche dans la matinée (par exemple). J’aimerais être en mesure de pouvoir vous livrer quelque chose de plus personnel, on verra. La raison, s’il en est, est que je me suis donné comme objectif de terminer quelques projets que j’ai entamé plus tôt cette année, dont une pièce de théâtre, faut choisir ses batailles, n’est-ce pas ? Voilà c’est dit, et ça reste à faire.

Je vais continuer quand même à vous rendre visite et vous donner un peu ‘’d’amour’’.

Donner moi de vos nouvelles.

À dimanche prochain ! Et bonne semaine !

 

Bien à vous, Patrice.

 

 

 

Le fil de ce jour #21

Croire à l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole. (Simone Weil)

#20mars

#Montréal

État des lieux

Pour mémoire

Care. More.

Gauche-droite-en avant ! Marche ! L’histoire

Pad and pen

Tight deadline

Push yourself – do your very best

Open yourself to feel

Have access to another point of view

Care – more – about – others

The real

P.S

 

 

Le fil de ce jour #19

Que jamais ne nous déserte cet éclair qui nous tient aux aguets ! Pierre Morency

 

Les choses de l’ombre

The daily news

La pourriture dans le royaume

Don’t be fooled

Ne dors pas l’artiste – stay at the  threshold.

Je ne suis vivant que lorsque je suis témoins.

Jean-Pierre Issenhuth écrit : «J’aime maintenant, mais je lui préfère ici.»

Ici le ciel est bleu, le peuplier fait aller ses branches, comme une danse élégante, il projette ses ombres sur le mur délabré du fond de la cour.

 

La présence au monde

La première trace d’une présence réelle dans le monde, c’est la beauté du monde qui procède de l’harmonie entre toutes les formes d’êtres et de vie

La deuxième trace, indissociable de la première, c’est la bonté

« il était bon »

…dehors, une exubérance à chaque seconde se renouvelle. Pierre Morency

Il s’est habillé, il est sortie dehors, pour voir…

being at home in ourselves

« Sit. Feast on your life. » Derek Walcott

 

@P.S

 

Henry David Thoreau «Je vivais seul, dans les bois»

“On Walden Pond” by N. Santoleri 1991
“On Walden Pond” by N. Santoleri 1991

Écrivain, philosophe légendaire, poète, expert politique, abolitionniste, et transcendantaliste Henry David Thoreau reste plus connu pour l’un des textes les plus importants de l’histoire sur la protestation (Désobissance civile) et de Walden, écrit en 1854, sa belle hymne à la solitude, à la simplicité, et à l’auto-suffisance a inspiré une grande partie de la philosophie et des générations d’intellectuels. Neuf ans avant, Thoreau avait déménagé dans une maison au bord de l’Étang Walden, à Concord, Massachusetts, dans un effort pour se retirer de la vie sociale, pour à la place, absorber la nature, et se laisser absorber par elle. Le livre synthétise les idées de Thoreau dérivés au cours des deux années, tissés de la langue exquise pleine de magnifiques métaphores et de descriptions fantaisistes, et couvrant tout, de la nature du soi, à la culture de consommation.

Je ne propose pas d’écrire une ode au découragement, mais de claironner aussi vigoureusement qu’un coq au matin, debout sur son perchoir, ne serait-ce que pour éveiller mes voisins.

Ma partie préférée, cependant, traite d’un sujet familier – comment définir votre propre succès, trouver votre but et faire ce que vous aimez:

Prête-t-on l’oreille aux plus intimes mais constantes inspirations de son génie, qui certainement sont sincères, qu’on ne voit à quels extrêmes, sinon à quelle démence il peut vous conduire; cependant, au fur et à mesure que vous devenez plus fidèle à vous-même, c’est cette direction que suit votre chemin.

Si timide que soit l’objection certaine que sent un homme sain, elle finira par prévaloir sur les arguments et coutumes du genre humain. Nul homme jamais ne suivit son génie, qui se soit vu induit en erreur. En pût-il résulter quelque faiblesse physique qu’aux yeux de personne les conséquences n’en purent passer pour regrettables, car celles-ci furent une vie de conformité à des principes plus élevés. Si le jour et la nuit sont tels que vous les saluez avec joie, et si la vie exhale la suavité des fleurs et des odorantes herbes, est plus élastique, plus étincelante, plus immortelle, – c’est là votre succès. Toute la nature vient vous féliciter, et tout moment est motif à vous bénir vous-même.

Les plus grands gains, les plus grandes valeurs sont ceux que l’on apprécie le moins. Nous en venons facilement à douter de leur existence. Nous ne tardons à les oublier. Ils sont la plus haute réalité. Peut-être les faits les plus ébahissants et les plus réels ne se voient-ils jamais communiqués d’homme à homme. La véritable moisson de ma vie quotidienne est en quelque sorte aussi intangible, aussi indescriptible, que les teintes du matin et du soir. C’est une petite poussière d’étoile entrevue, un segment de l’arc-en-ciel que j’ai étreint.

Puis, en approchant de la conclusion:

J’ai appris cela, au moins, par mon expérience: que si on avance avec confiance dans la direction de ses rêves, et qu’on s’efforce de vivre la vie qu’on a imaginée, on rencontrera un succès inattendu en temps ordinaire. On laissera certaines choses derrière, franchira une frontière invisible; des lois nouvelles, universelles et plus libérales vont commencer à s’établir autour et au dedans de nous; ou les lois anciennes à s’élargir, et s’interpréter en notre faveur dans un sens plus libéral, et on vivra en la licence d’un ordre d’êtres plus élevé. A mesure qu’on simplifie sa vie, les lois de l’univers paraîtront moins complexe, et la solitude ne sera pas la solitude, ni la pauvreté, pauvreté, ni la faiblesse, faiblesse. Si vous avez construit des châteaux dans les airs, votre travail ne sera pas perdu; c’est là qu’ils devraient être. Maintenant, mettez la fondation dessous.

Remarquablement profonde dans son intégralité, Walden est un classique pour une raison – le genre de lecture spectaculaire qui reste avec vous pour la vie, et révèle la volonté de faire de cette vie, la source d’enchantement qu’elle peut être, qu’elle est.

PS: J’ai utilisé en partie, la traduction de Louis Fabulet pour les citations de ce texte.

Patrice