La pyramide de Wooden

Le succès est la tranquillité d’esprit qui est le résultat direct de l’autosatisfaction de savoir que vous avez fait de votre mieux pour devenir le meilleur dont vous êtes capable de devenir.
John R. Wooden

Dans la série des monuments historiques voici John R. Wooden, communément appelé Coach Wooden, considéré comme le plus grand entraîneur universitaire, tout sport confondu, c’était le coach de basket pour l’UCLA (Université de la Californie à Los Angeles) pendant 27 ans.
Des chiffres?
10 titres de championnat entre 1964 et 1975
620 victoires pour 147 défaites
Nommé coach de l’année à 6 reprise.
Et plein d’autres titres et décoration de toutes sortes.

Bien sûre, si le type n’aurait pas eu autant de succès, son enseignement n’aurait aucune crédibilité, c’est comme ça. Mais il a quand même commencer quelque part, au commencement était la cogitation. Il a pensée à un système, qu’il pourrait utilisé pour former ses ouailles pleines d’hormones et de  testostérones, un système solide, avec de bonnes fondations, comme les pyramides d’Égypte tient, elles aussi on les visites encore aujourd’hui, encore pleines d’attirance et de mystère, et oui, quoi de mieux que ce modèle de solidité et de longévité, pour identifier et organiser les attributs de caractère personnelles et interpersonnelles qui font un joueur étoile. Mais ne quitter pas tout de suite,  ce n’est pas grave si vous n’êtes pas fan de basket, honnêtement, je ne suis pas un fan de basket non plus, qu’à cela ne tienne,  ce système est applicable dans toute les facettes de notre vie, que ce soit professionnelle ou personnelle, d’ailleurs je crois qu’il est enseigné dans les séminaires de leadership, mais il faudrait vérifier, sinon ça serait une bonne idées. Entrons dans la pyramide et découvrons ce qu’elle a dans le ventre.

Le fondement de cette pyramide contient;

L’assiduité: ça serait la pierre angulaire de la réussite; le succès provient de l’effort et du travail. Il n’y pas de truc magique, pas de chemin facile, pas de raccourcis.

L’enthousiasme: j’ai toujours aimé la définition du petit Larousse: du grec enthousiasmos, qui signifierait littéralement transport divin! (c’est moi qui s’exclame) de l’ardeur au travail que diable!

L’amitié: camaraderie et respect.

La loyauté: envers soi-même, respecter ses propres valeurs.

La coopération: ce qui est juste et vrai plutôt que qui est juste et vrai. César peut aller se recoucher.

Au 2ième étage on va retrouver;

La maîtrise de soi: le contrôle de votre organisation commence par le contrôle de soi-même. Discipline, point.

La vigilance: être vigilant et observateur, rechercher toujours l’amélioration de soi-même (et de son équipe/entreprise)

L’initiative: prendre des décisions. Ne rien faire est souvent le plus grand échec qui soi.

La persévérance: quand ça ne marche pas, on recommence à nouveau, encore plus intelligemment, plus fort. Persévérer sans relâche.

On monte au 3ième;

La préparation: le talent peut te propulser au sommet, mais le caractère fera en sorte que tu y reste.
Préparation mentale, physique et morale.

Les habiletés: apprendre sans relâche, travailler sans cesse sur ces compétences.

L’esprit d’équipe: l’étoile de l’équipe c’est l’équipe, le nous et plus fort que le je.

Avant dernier niveau;

L’équilibre: sois toi-même, ne te laisse pas affecter par les événements, que ce soit positif ou négatif.

La confiance: la confiance se gagne, elle n’est pas acquise.

Et au sommet on retrouve;

L’excellence (dans la compétition): fais de ton mieux quand le meilleur de toi-même est réclamé, le meilleur de toi-même est réclamé à chaque jour.

Et ce n’est pas tout, cette pyramide est scellé par des valeurs qu’on pourrait appelées des valeurs morales.

On va retrouver;

L’ambition pour des objectifs nobles, l’adaptabilité à toutes situations, la combativité, la sincérité, honnêteté en pensée et en action, la fiabilité, créer le respect, et l’intégrité, mes intentions sont pures.

Et tout en haut, on retrouve la foi, la prière, pourquoi pas, et la patience, toute chose vient à point paraît-il.

Il est intéressant de savoir que vers la fin de sa vie, coach Wooden aurait changé le sommet de sa pyramide, c’est à dire qu’à la place  de l’excellence dans la compétition, on aurait retrouver l’amour.

Eh oui, vraiment.

Pas surprenant que plusieurs jeunes joueurs qui on trimé sous l’égide de Coach Wooden lui ont été reconnaissant toute leur vie.

Entre nous, je veux dire, c’est quand même une bonne prise non?

Je vous la souhaite bonne!

Carpe Diem

Patrice

Publicités

Êtes-vous indispensable?

J’aimerais vous parler d’un livre qui m’a donné le petit coup de pied au cul que j’avais besoin pour commencer « quelque chose » dans ce cas-ci, un blog. Le livre Linchpin de Seth Godin http://www.amazon.ca/Linchpin-Are-Indispensable-Seth-Godin/dp/1591843162.  Si vous n’avez pas beaucoup de temps à consacrer à la lecture, je vous en fais un résumé ici.
Qu’est-ce que ça veut dire  Linchpin? Ça pourrait se traduire littéralement comme pivot. Dans une entreprise ça pourrait être quelqu’un qui représente une source de cohésion, de stabilité et de sécurité. Une personne qui est essentiel à une organisation.
Sur la page couverture du livre on peut lire : Are you indispensable?.  Est-ce que vous avez des habiletés exceptionnelles, une façon unique de trouver une solution pas si évidente à un problème? Trouver un chemin de travers que personne d’autre n’a pu trouver? Faire fonctionner quelque chose qui ne fonctionnait pas avant?  Ça se pourrait bien que vous soyez indispensable.
Tout le monde a une part de génie en soi, la tragédie avec la société, les écoles, votre boss, votre gouvernement, votre famille, c’est qu’ils essaient de mettre ce génie dans une cage, bien tranquille, formaté.
On a même inventé une maladie (TDAH: le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité) aux enfants trop turbulent,  on leur donne une petite pilule et le tour est joué. Michael Phelps est un de ceux là, un médecin aurait dit à sa mère qu’il n’y aurait pas grand chose à faire avec lui si on ne lui donnait pas du ritalin, la suite fait partie de l’histoire, mais ça c’est une autre histoire.
Linchpin? Qu’est-ce que ça mange en hiver?
Selon Godin, nous serions passé de deux équipes (gestionnaire et travailleur), à trois avec les Linchpins. Les Linchpins,  sont des personnes qui possèdent leur propre moyen de production, qui peuvent faire une différence, se démarquer, ce sont des leaders, des connecteurs. La mort de l’usine veut dire que tout le système que nous avons construit et sur lequel nos vies dépendaient est sans dessus-dessous. « Usine » ne veut pas seulement dire ici un endroit où on assemble des voitures, où on fait un travail à la chaine etc.… en fait, une usine est une organisation où les gens vont pour se faire dire quoi faire et recevoir leur chèque de paie. Le fait que ce système est viré de bord représente une grande opportunité.  C’est le temps d’apporter, de montrer le meilleur de toi-même sur le terrain et d’être récompensé pour ça.
Et c’est un choix. Un choix de demeurer dans la peur et le système, ou de tracer ta propre voie et de créer de la valeur dans ce que tu fais. C’est ton travail, ta responsabilité de figurer comment faire ton chemin.
Tout ce que nous aurions appris à l’école et dans les médias était un mythe, une fable qui avait pour but de nous préparer à être un travailleur conciliant d’usine.
Ce qu’on devrait enseigner à l’école : résoudre des problèmes intéressant qui demande des solutions qu’on ne trouve pas dans Google. Et être un leader.
Un Linchpin est un individu qui peut marcher dans le chaos et créer de l’ordre, quelqu’un qui peut inventer, connecter, créer, et faire que les choses se produisent. Toutes les institutions ont des personnes indispensables qui se démarquent de la sorte.
Devenir indispensable implique de travailler fort. Travail dans le meilleur sens du terme. L’acte d’apporter toute ta personne au travail, de s’engager dans des tâches qui demandent  de la maturité, de l’esprit, de la force de caractère, et le faire pour les bonnes raisons. Les Linchpins sont des génies, des artistes, ils sont généreux. Ils apportent de l’humanité au travail. Travailler fort veux dire, être assez brave pour faire la différence, ne pas suivre le troupeau, apporter du leadership.
Le Linchpin n’attend pas après les instructions, il va figurer qu’est-ce qu’il doit faire après.  Si tu as un travail où quelqu’un te dit quoi faire, tu n’as pas grand chance d’ajouter de la valeur.
Si la valeur est créé par ce que tu choisi de faire (contrairement à ce qui est inné), alors devenir un Linchpin est un choix. Décider de surmonter l’anxiété (fausse peur) associé avec le leadership  est un choix que peu de personnes ont le courage de faire, mais ça se travail, tu peux t’entrainer pas seulement à lever des poids, à courir plus vite etc.… mais tu peux t’entrainer à devenir un Linchpin.
Ta personnalité et ton attitude sont plus importantes que le travail que tu produis. Le travail indispensable est un travail qui connecte avec le monde (les gens), d’une façon émotionnelle et non formaté.
Il n’y a pas de garanti que le marché va accepter tes idées, ton art, et quand ça ne fonctionne pas, la persistance aveugle n’est pas toujours la meilleur solution.
En résumé, tu es  dans un point tournant présentement, tu dois faire un choix. À chaque jour des gens comme toi, choisisse  de prendre le chemin le moins fréquenté, où ils peuvent se démarquer, faire une différence. Il se trouve que tu n’exprimes pas seulement ton potentiel comme travailleur ou citoyen, mais c’est précisément ce que le marché demande. Au lieu de se plier avec la gestion comme stratégie à long terme afin d’avoir plus, et d’être plus sécure, tu as une chance de définir une vision puissante du future et de la réaliser. Ce rêve n’est pas à propos de l’obéissance, c’est à propos de la vision et de l’engagement.
C’est facile de faire des compromis, de s’insérer dans le système et de se retrouver dans une position de victime, de blâmer quoi ou qui que ce soi avant de commencer quelque chose.  Il n’y a pas de place pour les compromis ici, ou tu te démarques où tu fit, tu ne peux pas faire les deux. L’acte de décider est garant de succès. La barrière du succès est ton choix, c’est entre tes mains.
Chaque jour, des gens décident de changer des choses, de mettre une dent dans l’univers , ne t’assoie pas sur ton steak, tu es un génie et le monde a besoin de ta contribution.
Un de mes livres préférés de Seth Godin.
Bonne semaine!
Carpe Diem

Patrice