Remous

Fuis cette onde placide

Où s’ébat trop de ciel;

Je saurai de mon ventre flude

T’arracher au soleil. Je saurai,

Tes jambes à mes jambes sœurs

Et ton cœur enserré de mes bras,

Épuiser l’ultime paysage

Du dernier souvenir.

 

Ta nuit seule en ma nuit;

Ton âme flétrie à mon agonie;

Ta musique ardente morte à mon long silence:

Je glisserai sur toi mes lentes caresses d’algues…

Et dans les conques nouvelles de ta bouche et tes yeux

J’éterniserai

La mortelle douceur de mon baiser

Et de mes larmes.

 

Alfred DesRochers  Voie d’eau

Le dernier poème d’amour

1.
Je me rappelle des trains
Je me rappelle des trains qui se promenaient
de droite à gauche à droite dans les grandes
fenêtres de ton grand appartement sous le
petit ciel de Sudbury.

Deux ans si c’est pas plus et je n’oublie
pas le goût de ton cou le goût de ta peau
ton dos beau comme une pleine lune dans
mon lit.
Le goût de te voir et le coût de l’amour
et nos chairs hypothéquées jusqu’au dernier
sang.

Je me rappelle des trains qui ont déraillé
dans tes yeux
Le nettoyage a été long.

2.
Dans le restaurant on vieillit autour
d’un verre de vin.
Dehors le scénario est toujours le même :
une banque sur un coin une église sur l’autre.
L’amour nous évite comme quelqu’un qui
nous doit de l’argent.
Tu es en face de moi et
tu es en feu dans moi et
je te désire.
Ton manteau de fourrure ton sourire
ô animal de mes réveils soudains.

Ensoleillée mais froide
ta beauté s’étend comme des violons
sur la neige brûlée.
Tes yeux trempes
tes yeux trompent.

Le silence se couche entre nous.

3.
Cette photo de toi tu es quelque part
dans ce brouillard de couleur tu
pars dans ton char ton oldsmobile
mouillée et rouillée c’est évidement
l’automne ou peut-être même
le printemps c’est une mauvaise photo
du bon vieux temps
un polaroid trop près de la mémoire.

Tu te peignes dans le rétroviseur
je te colle sur mes paupières pour
te voir quand je dors
et soudainement tu es dehors avec
le soleil dans les flaques d’eau et
les jeux du jeune et tu
es aussi belle en souvenir que dans
la vraie vie et

nous sommes les seuls survivants
de la guerre
et ceci
est le dernier poème d’amour
sur la terre.

 

Patrice Desbiens Le dernier poème d’amour

Canons, Robert Fortin

je crois à l’accident d’un mot qui surgit du silence

à l’instinct du loup dans le poète de force

moi j’ai besoin de peler un poème

pour sertir son parfum

jusqu’aux pépins de ma soif il n’est que pensée

j’ai aussi envie de voir

l’oie blanche et le hibou

au sommet du mont Royal

j’aime le vent qui passe dans les saules

comme une main de soie sur la chair blessée

je crois à l’accident d’un mot qui surgit du silence

à l’instinct du loup dans le poète de force

au jour buvard d’encre dans la patience de l’os

au vide en moi-même qui clarifie les yeux

au plein de la mort qui illumine l’habitude

canons

Le poème de ce jour: Le chemin de Jacques Brault

 

Le chemin     le chemin noir

le chemin dur à parcourir

et droit comme un glaçon de gouttière

chemin perdu     trouvé     reperdu

et qui vous tient à l’écart du ciel

chemin de cendres et silences

écoutant sous le friable de neige

les yeux qui s’ouvrent des morts

en forme de plain-chant

 

et seul devant ces regards qu’assène l’obscur

avec au-dessus de moi ce chemin

en craquements de vieille terre

seul avec l’effroi aux ailes effrangées

 

je pense à toi par ce chemin d’haleine basse

je sais qu’il n’y a plus de royaumes

entre ces murs maigres j’entends

le bruit du temps qui se ferme

le chemin s’effondre sous les pas

 

et je sens sur mon épaule un vent de nuit

mes mains renversées ne versent que vide

le chemin noir       encore plus noir le chemin

 

le chemin      sans fin      bordé de noir

les larmes se figent sur mes joues

 

chemin où je suis de glace

et vieux

très vieux

tout à coup

 

 

Bien à vous,

P.S

 

Le poème de ce jour: La mer de Nérée Beauchemin

La mer

Loin des grands rochers noirs que baise la marée,
La mer calme, la mer au murmure endormeur,
Au large, tout là-bas, lente s’est retirée,
Et son sanglot d’amour dans l’air du soir se meurt.

La mer fauve, la mer vierge, la mer sauvage,
Au profond de son lit de nacre inviolé
Redescend, pour dormir, loin, bien loin du rivage,
Sous le seul regard pur du doux ciel étoilé.

La mer aime le ciel : c’est pour mieux lui redire,
À l’écart, en secret, son immense tourment,
Que la fauve amoureuse, au large se retire,
Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
L’âme des océans frémit comme une épouse
Sous le chaste baiser des impassibles cieux.

Nérée Beauchemin

 

Mais je vous en prie, tout le plaisir est pour moi 🙂

Patrice

Le fil de ce jour #27

 “Every poem is a momentary stay against the confusion of the world.” – Robert Frost, born #OnThisDay in 1874

Our topic of the day is the fight against corruption #Navalni

Le héro de ce jour: #Navalni et les 60 000 personnes qui ont lutter avec courage contre la #corruption en Russie.

Ils ont toute mon admiration.

“Guys, I’m okay,” Navalny wrote on Twitter. “No need to fight to get me out. Walk along Tverskaya. Our topic of the day is the fight against corruption.”

100 years ago, the Bolshevik revolution… l’histoire en boucle….après…le pouvoir ça corrompt…forcément…we must never forget

We must never forget that art is not a form of propaganda; it is a form of truth.”  was saying JFK.

« And were an epitaph to be my story

I’d have a short one ready for my own.

I would have written of me on my stone:

I had a lover’s quarrel with the world. » Robert Frost

 

P.S