Y’a des matins…

Y’a des matins, t’as pas l’goût d’te lever, tu veux juste rester dans ton lit, bien au chaud, auprès de ta blonde. Doucement, tranquillement, ton globe s’éclaircit comme un ciel du matin, tu te rappel ton ikigai, non tu ne te rappel pas? Bien sûr tu te rappel petit farceur! Aller hop fainéant! Une vie à se lever, jour après jour sur la route, à se tenir debout, à tomber, à se relever, à continuer, puisqu’il faut bien continuer, il faut bien avancer, nous avons des projets à réaliser, à chaque jour ajouter un morceau dans l’édifice de notre vie, ça ne ce fera pas tout seul ça va de soi.
Tranquillement, ton corps se réchauffe, le courant circule, ça inspire, ça expire, ça respire encore, tu es vivant, tu peux te lever et tu peux marcher, «lève-toi et marche» disait Jésus à Lazarre, il n’aurait pas pu dire: «reste coucher Lazarre, continue à faire le mort!» mais non, lève-toi et marche, adieu mon lit, adieu fainéantise, adieu paresse, adieu ma douce compagne chaude, j’émerge, je renais à nouveau, (n’est-ce  pas un pléonasme?). Bientôt tu entreras dans la danse du monde, dance me to the end of love dance me to your beauty, dans le théâtre du monde (la vie n’est-t-elle pas un théâtre comme là si bien mentionné un vieil auteur Anglais?) Tu apporteras ton grain de sel, (ce n’est pas une cuisine quand même, faut pas exagérer) tu montreras ce que tu as dans le ventre, allez! Montre-nous de quoi tu es capables! me disais-je, mon corps, sors de ce lit!
Le monde dort encore et toi tu es debout, pas besoin d’approbation de personne, tu es ton propre start-up, tu es un grands garçon. (quand j’étais petit, c’est mon père qui nous réveillait, il ouvrait la porte avec énergie, et hop! Debout là-dedans!) C’est fini ce temps là, le bon vieux temps c’est maintenant. Allez! Chauffe la fournaise! Ouvre-toi à la sérendipité et au changement, non ce n’est pas de la routine, ça bouge, ça se transforme, ça évolue, c’te monde là! Fais ce que tu as à faire mon frère, tu fais partie de ce monde en devenir.

Doucement, avec une discipline à toute épreuve, le soleil inonde de ses rayons la ville, soudain émerge une rafraichissante célébration de bonheur, dans une tranquille humilité du réel, du vivant.
Je suis présent.
Je suis dans l’expérience humaine.
Je suis de nouveau au monde.
Je suis dans l’air du temps.

Bon vent!

Patrice

La sérendipité ou les zheureux zhasards

http://www.innovationetserendipite.wordpress.com

Je suis tombé sur ce mot par hasard (sans jeu de mot). D’abord je ne savais pas ce que ça voulait dire, alors j’ai cherché la signification.
Aucune définition ni dans le Larousse, ni dans le Robert.

Voici quelques définitions trié sur internet:
La Sérendipité  serait un néologisme créé par calque de l’anglais à partir du mot « serendipity ».(Wikipedia)
Walpole (1754) : Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).
Charles Darwin (1953) : Qualité qui consiste à chercher quelque chose et, ayant trouvé autre chose, à reconnaître que ce qu’on a trouvé a plus d’importance que ce qu’on cherchait.
Philippe Quéau (1986) : L’art de trouver ce que l’on ne cherche pas en cherchant ce que l’on ne trouve pas.
Wikipedia: le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence.
Donc la sérendipité est souvent définie comme la capacité à découvrir des choses par hasard.

Le terme aurait été créé par Horace Walpole, un auteur Anglais du 18e s, en référence au conte Perse Voyages et aventures des trois princes de Serendip. (Serendip serait l’ancien nom du Sri Lanka.)
En résumé ça raconte l’histoire de trois hommes partis en mission et qui trouvent sur leur chemin des choses (indices) sans rapport en apparence avec leur objectif, mais nécessaires en réalité.

Pour remplir leur mission, les princes ne passaient pas leur temps étendue sur un divan dans un château luxueux, ils étaient en mouvement, en voyage, en exploration. En ratissant large, ils ont trouvé la «bonne fortune»
Autrement dit, c’est pas en restant assis sur ton «steak» qui va t’arriver quoi que ce soit. En faisant quelque chose, en brassant des affaires, tu brasses la marmite, tu introduit la possibilité de nouvelles combinaisons d’opportunités. En étant en mouvement, tu lances un filet aussi grand et aussi large que possible dans le but de saisir les opportunités qui apparaissent sur ton chemin. Il s’agit d’avoir l’esprit ouvert, en établissant des paramètres intelligent, stratégiques.

Gagner à la loto = pure chance
La sérendipité = être alerte au potentiel d’opportunité et agir.

Être curieux, avoir l’esprit ouvert, être disponible, serait des états d’esprit indispensables aux découvertes heureuses. La curiosité d’aller voir au delà d’une solution qui ne te semble pas satisfaisante, pourquoi tel ou tel truc ne fonctionne pas à son plein potentiel etc…

Dans la carrière, dans la vie, dans le travail, avec les gens, la curiosité va te garder sur un pied d’alerte pour des nouvelles opportunités.

Quelques découvertes et inventions liées au hasard

Bon vent! et bonne découvertes!

À la semaine prochaine!

Patrice