Le rebelle au bois dormant

Mon bel amour navigateur

mains ouvertes sur les songes

tu sais la carte de mon coeur

les jeux qui te prolongent

et la lumière chantée de ton âme

(Gaston Miron L’Homme rapaillé)

 

Je suis un homme, pas un ange, c’est pas pareil on s’entend. Un homme, c’est plein de contradictions. Un homme, ça fait plein de conneries. Ça parle fort des fois, ça dit des choses qui faut pas dire, qu’on peut pas dire, c’est tout croche des fois.

On a voulu faire du monde avec moi. (on va finir par faire du monde avec toi!) On m’a laissé allé, (trop d’ouvrage!), mais le sentiment de pas être “correct” lui, ‘y est jamais partie. Moi, à cause de ça, j’ me suis toujours sentis inadéquat, trop, pas assez, pas d’allure. Des fois, j’ai envie de crier mon humanité, j’en viens qu’à avoir des rêves violent, ça me surprend. Justement, la nuit dernière, je pense que c’était un de mes collègue de travail, je le frappais à coup de marteau. Soyez sans crainte, je n’ai pas de marteau au travail. (Freudiens et psy-psy de tout accabit s’abstenir de commentaires s.v.p)

Quand même, je ne viens pas d’un pays où l’on opprime les gens, mon pays, ce n’est pas une dictature on s’entend, mais non, mon pays c’est l’hiver.

Mais ‘y a toujours des gens “au dessus” qui vont essayer de te caser, oui te mettre dans une case, c’est comme des petits dictateurs tout pâlotte, juste assez pour te titiller le rebelle endormi. J’entends une voix: On a les dirigeants qu’on mérite. Oui c’est vrai, j’ai déjà entendu ça quelque part.

Mon dieu! Et si c’était vrai! Couillard, Harper, Péladeau, Trudeau (le fils, le père avait du caractère au moins, il a tout gardé pour lui, faut croire). Mais je m’arrête tout de suite, digression sans intérêt vraiment, qui va sûrement passer dans les ciseaux de l’éditeur d’ailleurs. On verra qui aura le dernier mot.

Revenons à nos moutons rebelles

Monter sans trop faire de bruit les escaliers grinçant.

Si tu fais bien ce qu’on te dit de faire, on te donnera une médaille… ou n’importe qu’elle autre récompense (la petite étoile dans ton cahier à la p’tite école)  histoire de te la fermer. Ça serait franchement plus facile d’être “normal” oui, dans la norme.

Ça serait plus facile, mais plus platte. Et la terre est ronde.

Quand même, je ne suis pas “une minorité visible”, je ne suis pas handicapé, je n’ai aucune “tare” (visible du moins), je suis en apparence, semblable à quelqu’un de normal.

  • Alors c’est quoi ton problème?

I drink too much, I eat too much, I want too much, I’m too much!

Attend! Ça dépend pour qui. C’est ça. Si tu te compares avec un léthargique sur la prozac. C’est sûre, la barre n’est pas trop haute. Mais oui, tout est une question de perception, de standard. Et puis, ‘y a toujours du monde qui vont te tirer vers le bas, c’est pas nouveau.

C’est juste que des fois, j’ai de la misère avec, comment dire, l’aceptisation, la pasterisation, la langue de bois, la petite misère, les ragotteurs, le monde qui tond leur gazon avec une tondeuse à gaz, pis qui l’arrose par dessus le marché, pour que ça soit ben beau ben propre!

 

Grisnoula à Cape Cod

Grisnoula à Cape Cod

 

Mais ‘y a Grisnoula. Grisnoula, c’est mon baume, c’est mon ostéopathe de l’âme.

Une chance qu’on s’a!

Des fois, on prend des marches, et on rêve de la vie qu’on voudrait.

Ça pourrait être ça! Travailler ensemble, voyager ensemble, construire notre maison sur un terrain à la campagne, elle voudrait avoir une fondation pour les enfants défavorisés pour leur donner un accès à l’art. Oui parce qu’on y croit à l’art. On croit que ça rend le monde meilleur.

Grisnoula, elle me tire vers le haut.

Moi, j’ai pas le vertige, j’ai pas peur des hauteurs. Grisnoula, par sa présence, elle fait que je veux devenir un meilleur homme. Avec elle, je peux être moi. Ça, ça fait du sens pour moi.

Vouloir devenir un meilleur moi. Comme un homme doit.

Grisnoula, c’est pour elle que je veux que ça marche.

Grisnoula, c’est mon espérance.

 

Selon l’Organisation Mondiale du Travail, 168 million d’enfants dans le monde sont forcés à travaillé, on leur enlève le droit d’être des enfants.

Moi, y personne qui m’enlève le droit d’être humain, même trop, même mal.

De quoi j’me plaint?

 

sur la jetée de la nuit

je saurai ma présente

d’un voeu à l’azur ton mystère

déchiré d’un espace rouge-gorge.

(Gaston Miron L’Homme rapaillé)

 

 

 

 

 

 

 

Bénies sois mes excuses

J’ai pas d’argent, je ne peux donc pas démarrer une entreprise. Et même si j’en démarre une, j’ai pas de bureau, j’ai pas de clients, je suis trop timide pour appeler le monde pour leur demander quoi que ce soit.

J’ai pas de connexions ou de parents riches ou quoi que ce soit d’ailleurs.

Vision!

J’ai pas de talent. J’ai pas l’équipement adéquat. Je ne peux pas écrire un livre parce que j’ai pas d’éditeur.

Je ne peux pas faire de stand-up comique parce que j’ai peur que le monde me trouve pas drôle.

J’ai peur d’écrire un blogue  parce que ce que j’ai peur de ce que les gens pensent de moi.

J’ai peur de ne pas être assez bon, d’ailleurs, who cares about me?

Chacun de nous, peut tirer ces propres feuilles de route uniques. D’ailleurs le talent c’est quoi? Si on aime faire quelque chose, si on veut faire quelque chose, c’est une direction, c’est un indicateur.

Exécution!

Moi-moi-moi, être humanoïde à la recherche de sa propre humanité, perdu quelque part dans les méandres de l’existence, dans l’espace intersidéral! Oh misère! Oh malheur!

Bénie sois mes excuses.

Il y a toujours un écart entre « ce que j’ai maintenant » et « ce que je voudrais . »

Illumination!

L’écart  c’est toutes mes excuses. Tout ce qu’il faut pour combler l’écart, c’est d’être créatif et de travailler mon chemin à travers les excuses . Je le répète: c’est tout ce qu’il faut.

Effort!

Mes excuses sont tout simplement la feuille de route qui m’emmène de «ici» à «là».

J’ai peur du changement.

Mes excuses sont des pointeurs vers où la cible est. Il n’y a pas d’autres indications  que ma liste d’excuses. Les excuses sont le plan de ma réussite et de mon épanouissement.

Active!

J’ai une job à temps plein, je ne fais pas ce que j’aime, je sens que je ruine quelque chose en moi, quelque chose qui cherche à sortir, à s’exprimer pleinement, mais j’ai des comptes à payer, une famille à nourrir.

Le confort du chèque de paye!

Bonne raison! Vraie raison?

C’est quoi la prochaine action que je dois faire pour atteindre ce que je veux vraiment?

D’ailleurs, qu’est-ce que je veux vraiment?

J’ai une petite idée.

GO! Prochaine étape?

Mais n’importe qui peut avoir des idées!

C’est facile d’avoir des idées, les idées sont volatiles, elles viennent elles vont comme elles sont venues. Merde alors!

« Ideas are cheap. Ideas are easy. Ideas are common. Everybody has ideas….. Execution is all that matters » @CaseyNeistat

Je me prépare à faire le saut, je suis sur le bord.

base jumping

Courage!

Il y a toujours une bonne raison, et la vraie raison. En fait la bonne raison c’est souvent des conneries. Mais c’est quoi la vraie raison ?

La paresse.

Je suis paresseux,  j’aime le confort.

J’ai peur de perdre ce que j’ai.

Franchement?

Tu peux faire mieux que ça!

Tu peux faire plus que ça!

DO-MORE-DO-MORE-DO

Endurance!

Je n’ai pas le temps

C’est vraiment dur. Trouver le temps. Arrêter la télévision , se lever plus de bonne heure….

C’est vraiment dur je disais.

La magie des excuses, c’est qu’il y a toujours un moyen d’être créatif autour d’elles.

Mes excuses sont la carte de ma réussite. Nous avons tous des obstacles.

Je m’arrête ou je continue?

Voir les obstacles comme une occasion de grandir ou comme quelque chose à arrêter.

La bonne nouvelle c’est que vous avez le choix .

Je ne suis pas assez bon.

J’ai besoin d’un an de plus pour être meilleur, pour apprendre tel logiciel ,  pour avoir ma certification de yoga, pour apprendre… et les excuses vont continuer.

Je ne peux pas commencer une entreprise jusqu’à ce que ….
Tout le monde dans tous les domaines de l’histoire du monde a, à un moment donné, dit: «Je ne suis pas assez bon ».
C’est la façon dont vous surmonter cette excuse qui permet non seulement d’être assez bon, mais vous fait évoluer en la personne qui sait comment devenir assez bonne.

Ainsi, vous pouvez le faire encore et encore.

Alors?

Quoi d’autre?

J’ai pas de diplôme.

Un morceau de papier  n’est  pas un indicateur de valeur. C’est ben d’valeur mais c’est la vérité.
De plus en plus d’employés n’ont pas de diplômes d’études collégiales du tout! Ils ont des compétences que les autres n’ont pas.

Le monde change et vous devez le saisir maintenant.

Avant un étranger savait qu’il ne pouvait coopérer avec vous que si vous aviez eu ce stupide morceau de papier.
Mais maintenant, il y a beaucoup de façons de montrer que vous pouvez apporter de la valeur, même sans ce document.

Il s’agit d’atteindre, de toucher le monde quel que soit votre domaine.
Vous vous validez maintenant grâce à votre travail.

Je ne suis pas au bon endroit.
Bonne raison , mais pas la vraie raison.
La seule chose qui va amener les gens à voir votre travail n’est pas où vous vivez, mais si vous avez réellement fait le travail.

Je n’ai pas de réseau.
Construire un réseau à partir de zéro nécessite de trois à quatre heures de travail par jour. Que faire si vous avez un emploi ?
Eh bien, construire votre réseau au travail. La façon de le faire : mangé avec différente personne. Demandez de rencontrer quelqu’un pour discuter de leur travail, de leur métier. Faire une chose par jour pour aider quelqu’un sans qu’on vous le demande.

Être de service! Comment puis-je vous aider?
Un réseaux se construit de façon exponentiel et non linéaire. Une fois qu’une personne est dans votre réseau, une seule personne, alors tout le monde dans leur réseau est potentiellement dans le vôtre. Utilisez ça.

(Suivez-moi sur Twitter, dites-moi qui vous êtes, dites-moi ce que vous pensez, des questions? allez-y cliquez sur le bouton « suivre » faites-moi un petit coucou! ou suivez mon blogue!)

«Je n’ai pas de réseau» est une belle excuse parce que cela signifie que si vous surmonter cette excuse, vous allez rencontrer beaucoup d’amis extraordinaires qui vont vous connaitre et qui vont vous aimer tout au long de votre carrière.

Je m’incline devant la puissance de cette excuse pour me motiver à faire de merveilleuses nouvelles rencontres.

C’est trop fou
Beaucoup de choses pourraient être «trop fou» .
« C’est trop fou » merveilleuse feuille de route. Commencez par cette phrase et encerclé-là. Ensuite, tracer toutes les routes qui partent de cet endroit.

Qu’est-ce qui est trop fou?

A-t-on changer le monde avec des actions raisonnables?

Trouver des chemins différents, voir où ils mènent. Ça ne va pas nécessairement menez où vous vous attendiez. Vous pouvez vous retrouver dans des endroits encore plus magique que vous espériez.

Je suis trop vieux.

too_late

(Funders and Founders Notes – Too Late To Start? quarter-life crisis and… http://notes.fundersandfounders.com/post/79875850310/late-start-quarter-and-middle-life-crisis …)

In my face!

Succès!

N’oubliez pas de toujours affiner votre oreille interne de sorte que vous pouvez écouter ( et de séparer les unes des autres ) à la fois les bonnes raisons et les vraies raisons quand quelqu’un (vous y compris ) vous donne une excuse .
La plupart des gens ne font pas qu’accorder l’oreille interne. Ils croient les excuses parce que c’est facile. Parce qu’elle leur donne la permission de ne pas faire quelque chose qu’ils aiment.

Chaque excuse m’apprend sur moi-même, et me permet de découvrir des mondes entiers de possibilités surprenantes.

Nous choisissons nos excuses. Ils ne nous choisissent pas. Mais de belles choses viennent quand nous embrassons nos excuses et, comme par magie, elles se déplacent par en arrière et nourrissent la prochaine étape de nos vies.

Accomplissement!

Je vous souhaite d’avoir beaucoup, beaucoup d’excuses dans votre vie !

Excusez-moi, je dois aller travailler?

Bonne semaine!

Patrice

Notes de lecture: Eat That Frog de Brian Tracy.

Un ami m’avais parlé de ce livre, en fait il avait laissé un commentaire à la suite d’un article que j’avais écris où il était question d’organiser mes affaires dans le but d’être plus efficace dans ce que j’entreprends, j’ai finalement pris le temps de le lire, ça se lit très bien d’ailleurs, dans le sens que ce n’est pas trop long, eh oui, c’est comme ça, je ne peux plus lire des volumes qui font disons je ne sais pas, mettons 300 pages. J’en suis là, je sens que je n’arriverai jamais à tout faire ce que je veux faire, d’ailleurs, c’est la vérité, ma vérité,  je n’arriverai jamais à réaliser tout ce que je veux.
Mais qu’est-ce que je veux exactement? Là est la question Shakespearienne, que veux-je? Ça serait la première action à entreprendre, je dois d’abord déterminer ce que je veux accomplir dans chaque sphère de ma vie. Soyons clair et précis, mon cher Watson.
Ensuite, une fois que je sais ce que je veux, je dois mettre une échéance, oui et oui, un dead-line, un time-frame, quand est-ce qui faut que ça se fasse, parce qu’il faut que ça se fasse, parce ce que c’est ce que je veux, ne suis-je pas maître de mon destin? Mais oui, c’est sûre, une date, je sais ça, je n’ai pas de problème avec ça, rien de nouveau sous le soleil d’automne.
Une fois la date établit, je dois faire une liste, une liste de tout ce que je penses que je devrai faire pour la réalisation de mon projet/objectif/whatever. Des listes, des listes, toujours des listes, encore des listes….
Et après? Après, je devrai, si je veux bien que mes désirs deviennent des ordres, que mes rêves deviennent réalité, je devrai organiser cette liste en plan, et rataplan!
Ensuite? Ensuite, prendre action sur mon plan immédiatement. Avance sans relâche dans ton projet, voilà, une fois en mouvement, n’arrête pas mon gars.
La puissance des mots, la puissance de la pensée, la capacité de planifier et de décider, oui je le veux, on ne réinvente pas la roue, je gobe tout ce qu’il y a de bon, et j’en fais l’essaie, rien comme des bonnes idées, peut importe d’où ça vient pour me pomper, pour me faire avancer plus vite. Voilà quoi de mieux que de mettre ça, ce que tu veux, sur papier et de prendre action, c’est-tu pas beau ça? Vendu! Next!
La pensée et la planification = deux actions qui vont propulser la puissance de mon mental, outch! Ça sonne un peux Nietzschéen ça, la puissance du mental.. et boom! c’est bon, n’est pas peur, ça ne fait pas mal, avance, avance….
Un truc qui m’a accroché également pendant ma lecture, Tracy avance que les tâches les plus valables, qui risque le plus de me faire avancer, serait les tâches les plus difficiles et les plus complexes.

Note: m’entraîner à chaque jour pour devenir une ceinture noir de GTD (Getting Things Done, David Allen)

Vous avez entendue parlé du concept 80/20? J’en avais entendue parlé, sans vraiment porter attention. Je ne savais pas que ce principe était également appelé le Principe Pareto, un économiste Italien qui a été le premier à en parler en 1895. Il a remarqué que la société était divisée naturellement en ce qu’il appelait les vital fews, le top 20% en terme d’argent et d’influence et les trivial many, 80% des bas-fonds, les top bottom. Il a découvert plus tard que toutes les activités économiques étaient virtuellement influencé par ce principe. Selon ce principe, 20% de mes activités influenceraient 80% de mes résultats, 20% de mes tâches, 80% de la valeur de ce que je fais, etc, etc….
Ça veut dire que dans une liste de 10 items, 2 de ces items à faire auraient autant de valeur/impact que les 8 autres mis ensembles.
Et souvent, ce 20% serait les tâches les plus complexe et les plus difficile à accomplir.

Dans ma liste, quelles tâches sont dans le top 20%, les tâches que je considère le plus importante?

Note: résister à la tentation de travailler sur des petites tâches, me concentrer sur mes big hairy task!

Question: si j’avais une habileté, un talent que si je développerait de façon top notch, aurait le plus grand impact positif sur ma carrière?
Quelqu’un qui ne devient pas meilleur, devient pire (coach Pat Riley)

Action: me dédier à devenir la personne ayant le plus de connaissance et de compétence dans mon champs d’expertise.

La persistance est l’auto-discipline en action.
C’est donc ça, c’est toujours une question de discipline, d’énergie et de caractère, oui du caractère!, être assez badass pour dire non, non à toutes les petites merdouilles qui tournent autour de nous, à tous les jours! on se calme! cool papa cool!

Action: détermine la tâche/projet le plus important, que je peux compléter et le faire immédiatement.

Voilà, c’est fait, j’ai terminé cet article.

Eat That Frog de Brian Tracy, si vous avez besoin d’un bon coup de pied au c… Pour commencer la semaine!

À la revoyure!

Bon vent!

Patrice